Note d’intention

Le signe a surgi de façon imprévisible mais avec cohérence dans ma vie. Il a fait écho à la transmission des passeurs qui m’ont tant appris, il a satisfait mon penchant à aimer faire les gammes à l’envers, et mon rêve, d’ une compagnie unie, mosaïque et d’une danse qui rassemble.

 

Singulier Pluriel est composée de danseurs sourds et de danseurs entendants. L’apport de la culture sourde pour les uns, de la danse contemporaine, danse jazz, flamenco et circassienne pour les autres élargissent le champ des possibles au niveau de la création artistique. Les danseurs sont au nombre de huit, tous professionnels de la scène, ils travaillent avec moi depuis plusieurs années.

 

Je me nourris de la puissance du collectif mais aussi de la singularité de chacun.

 

Ce qui m’intéresse est que chaque geste porteur de sens prenne naissance dans l’intériorité de chaque corps pour ressortir avec sa forme, sa puissance, son rythme, son équilibre, sa justesse. J’ai besoin du mouvement le plus naturel possible pour qu’il appartienne à tous et à chacun.

 

Je me sers de la formation que je pratique en yoga Iyengar pour tenter de faire émerger la dynamique et la qualité du mouvement, dégagé de tout excès de force.

 

Je travaille sans comptage musical pour que les danseurs entendants pénêtrent dans l’âme du morceau, ce qui permet aux danseurs sourds de capturer l’essence même de la musique qui s’installe dans les corps, les muscles, le souffle et l’émotion. Ainsi le corps devient musique visuelle.

 

Au fils des années et des rencontres, je croise les disciplines : poésie, arts plastiques, chant… C’est là, dans les zones d’intersection, que l’énergie collective se nourrit d’une belle inventivité et d’une précieuse liberté de jeu. Une façon de contribuer à l’universalité de l’art.